Lutte contre la malnutrition infantile : AFRIOBIOTA s’intéresse au développement neuro-végétatif de l’enfant


Dans le cadre du lancement du programme AFRIBIOTA, un symposium scientifique de trois jours (7, 8 et 9 mars 2016) a pu se tenir au site de l’Institut Pasteur de Madagascar, avec la participation de l’Institut Pasteur (France) et de l’Institut Pasteur de Bangui, et le concours de la Fondation Total. Des supports en toile ont illustré le cadre général du programme : « Lutter contre la malnutrition infantile ».Mardi 08 mars, une conférence a été donnée sur le thème, de 14h à 17h 30, avec la participation de nombreux intervenants, chacun portant leurs angles de vue issue de leurs recherches rattachées au programme.


En effet, d’après le Pr Marcel Tanner « AFRIBIOTA est un grand programme très interdisciplinaire de la génomique jusqu’au comportement et la sociologie, pour mieux comprendre comment la flore des bactéries chez les enfants va influencer la réponse immunitaire à la capacité de croissance. D’étudier l’interaction entre infection et immunité et nutrition pour mieux comprendre pas seulement les interactions biomédicales mais aussi les effets sociaux et socio-économiques et culturelles. Avec cette approche compréhensive devrait donner la base des interventions ciblées qui vont protégés les petits enfants dans leurs 5 premières années de vie ».


D’après l’intervention du Pr Philippe J. Sansonetti, AFRIOBIOTA s’intéresse aux études de la microbiologie de l’appareil digestif, plus précisément basé dans le colon (gros intestin), études de la variation et du développement de la flore microbienne dans nos colons. C’est ce qu’il entend par approche génomique, ce qui consiste à répertorier les différentes variantes de microbes pour la compréhension de la réponse immunitaire ou aussi on peut dire les raisons non alimentaires de la malnutrition chez les enfants.


Le Pr Marcel Tanner a exposé, pour sa part, sa réflexion sur la santé publique qui doit faire face à de nombreux défis, tels que la dynamique des populations, la dynamique des maladies, ou encore la question de maladies émergentes et réémergentes. AFRIBIOTA apporte sa contribution dans la médecine personnalisée c’est-à-dire une efficience des résultats de traitement chez le patient. Les programmes de lutte et de prévention dans la santé publique rencontrent en générale des obstacles dans l’inégalité des sociétés, dont les facteurs socio-économiques, pays riches et pays pauvres. La solution réside dans l’engagement de la communauté et la décentralisation des services de santé. Le Dr Valérie Curtis, quant à elle, devait axer son intervention sur les comportements, en demandant à l’assistance sa participation active pour animer les échanges.


Des courts métrages sur le lavage des mains avec du savon, des vidéos sans mots, sans messages, le comportement est poussé par le sentiment (des comportements pour l’obtention des résultats escomptés), on a tiré des schémas issus de l’intervention tels : intervention, environnement, cerveau, comportement, santé ; apprendre + bâtir ; livrer puis évaluer. De son côté, le Dr David Cohen a partagé les fruits de ses recherches sur le développement du système nerveux du nourrisson et de l’enfant.


Le développement de la flore microbienne tient dans les différents périodes avant et après la naissance. AFRIOBIOTA s’intéresse au développement neuro-végétatif de l’enfant. Bref, ensemble luttons contre la malnutrition chez les enfants, faisons en sorte que chacun apporte sa contribution pour le bien-être de nos petits.