Congrès international sur le thème « Chimie écologique, écologie chimique & Développement Durable dans l’Océan Indien »

Le Laboratoire International Associé, l’Université d’Antananarivo et l’Université de Lyon1 en collaboration avec l’AUF-BOI, la Coopération Française, l’IRD, le CIRAD, l’Université de La Réunion organisent un Congrès international sur le thème « Chimie écologique, écologie chimique & Développement Durable dans l’Océan Indien » le 10-11 novembre 2016 à Antananarivo-Madagascar.

Le congrès a pour principal objectif de rassembler les scientifiques académiques et industriels de la région de l’Océan Indien travaillant dans les domaines de la chimie du végétal, de la chimie « verte » ainsi que de l’écologie chimique.

Les domaines de recherche permettant l’accès à des surfactants, des polymères, des peintures ou d’autres produits de spécialité bio-sourcée sont actuellement très développés en Europe. Ils peuvent être appliqués à Madagascar et dans l’ensemble de la région du SOOI compte tenu de la disponibilité de la biomasse. Dans ce cadre, l’utilisation de déchets de l’industrie agroalimentaire déjà présente dans la région est un axe qui peut s’avérer particulièrement productif.

L’utilisation massive de plastiques pour l’emballage et dans d’autres applications disséminantes pose de graves problèmes environnementaux. Une des solutions retenues en Europe consiste à l’utilisation de matériaux biodégradables à base d’amidon ou de cellulose. Dans la région de l’Océan Indien, des solutions originales à partir du manioc ou du sisal sont aussi en développement.

De nombreux travaux dans les Universités et les organismes de recherche et innovation de l’Océan Indien portent sur la valorisation de la biodiversité. Bien que pendant longtemps, ces investigations se sont focalisées sur la découverte de nouveaux principes actifs de médicaments, une part de plus en plus importante des travaux actuels se consacre maintenant à l’extraction et à la modification de composés de spécialité (terpènes, colorants, aromes,…).
 
Finalement, l’écologie chimique peut être un outil puissant pour le contrôle des populations d’arthropodes (insectes, acariens, nématodes,…), qu’ils soient nuisibles (ravageurs de cultures ou vecteurs de maladies) ou utiles par des symbioses avec des microorganismes, des végétaux, des animaux voire comme sources de protéines.
Ces différents thèmes seront abordés lors des conférences dédiées.

Les thèmes des posters seront choisis en fonction de leur intérêt scientifique mais aussi de leur impact potentiel sur le développement économique de la région.

Pour participer à ces sessions (poster, table ronde), vous êtes invités à vous inscrire sur le site congres.chimieverte2016@gmail.com au plus tard le 30 septembre 2016.
Pour de plus amples informations, veuillez consulter le flyer publié sur le site de l’Université.