Faculté de Médecine : Le bureau du doyen en proie aux flammes


Le bureau du doyen de la Faculté de Médecine, le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo, a été ravagé par les flammes, vers 1 heure du matin, dans la nuit de dimanche à lundi. Beaucoup de dégâts matériels (fonte des appareils informatiques, tapisserie détruite pour un pan de mur, quelques dossiers calcinés en tout ou partie), qui ont remis en mémoire le saccage du bureau limitrophe du secrétaire principal de la faculté, le 2 novembre dernier.


L’événement a d’autant plus surpris que la sécurité de l’établissement avait été renforcée (service de deux agents de la gendarmerie, blindage de la porte d’accès principale) à la suite de ce cambriolage.


Réuni en urgence, le conseil de faculté a convoqué la presse, en fin de matinée, pour donner lecture d’un communiqué. Le doyen Mamy Lalatiana Andriamanarivo, entouré de ses proches collaborateurs, a condamné ce que tous considère comme un « acte de terrorisme qui vise à intimider l’ensemble de la communauté dans cet établissement », tout en demandant aux autorités de faire en sorte que les auteurs soient retrouvés à bref délai. Les conclusions de l’enquête détermineront les causes exactes de l’incendie, mais, d’après les premières observations entendues sur le site, l’origine accidentelle semble écartée. Si les témoins (agents de sécurité de l’Université, gendarmes de faction) confirment avoir entendu une forte détonation qui a précédé l’incendie, la quasi-absence de débris de verre à l’intérieur du bureau et le barreaudage serré des fenêtres incitent à penser que l’engin explosif, dont on ignore la nature, n’a pu être lancé du dehors.