Langue et culture japonaise : Modèle de relance pour l’économie

Depuis quelques mois, un grand chantier s’avance du cote de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, juste en face de la Buvette de la FLSH. Les bruits circulent qu’il peut s’agir d’un centre d’apprentissage de langue japonaise. On se pose même des questions a quoi cela va servir. Dans l’objectif de promouvoir la coopération entre Madagascar et le Japon, le Gouvernement Japonais a choisi d’installer le prochain centre Japanese Language Proficiency Test (JLPT) au sein de l’Université d’Antananarivo. Ce sera l’équivalent du test TOEFL pour les anglophones. Ainsi, les enseignants-chercheurs, le PAT ainsi que les étudiants peuvent bénéficier de l’apprentissage de la langue et de la culture japonaise. Le Gouvernement Japonais a confie l’installation de ce centre a travers l’ONG Sakura, une organisme associant une vingtaine malgache diplômés du Japon. D’ailleurs, comme la Ville de l’Esprit, Ambohitsaina regroupe des intellectuels, il serai judicieux d’installer ce centre à l’Université d’Antananarivo.

Mais pourquoi s’y intéresser ? Le Japon fait partie des pays émergeants du monde, Madagascar est un peu en retard par rapport à l’ouverture à la culture japonaise. Plus de cent vingt centres culturels japonais sont éparpillés dans de nombreux pays du monde. En plus, le Japon est un pays modèle en terme de redressement économique juste après sa perte a la fin de la deuxième guerre mondiale en 1946. Les arts martiaux, la plante bonsaï, la technologie de pointe, l’industrie automobile font partie des particularités du Japon que le monde entier apprécie. La présence de ce centre culturel va certainement aider tous les départements a améliorer la qualité d’enseignement et de recherche, surtout pour les étudiants qui souhaitent approfondir un peu plus sur le redressement économique du Japon.

Actuellement, le Gouvernement Japonais offre des bourses pour les bacheliers, les titulaires de master. Pourtant, très peu accèdent a ces bourses a cause de la barrière de langue. Le Professeur Hajanirina Rakotomanana encourage l’état d’esprit débrouillard et la maitrise de la langue anglaise. Etant représentant du JLPT et membre du conseil d’administration de l’ONG international Aiyugo, la négociation pour la dotation de livres japonais est en cours pour apprendre la langue et la culture. En effet, il a appri la langue japonaise au Japon a partir de la langue anglaise qu’il a sut maitriser auparavant. Beaucoup d’opportunités se présentent et il faudrait les saisir.

Le Professeur Rakotomanana a effectue ses études au Japon dans le domaine de l’ornithologie, du grec ornis qui signifie étude des oiseaux. Les personnages impériaux du monde s’y intéressent beaucoup a cette branche si bien qu’un prince japonais était venu jusqu’au Campus de Madagascar il y quelques années pour découvrir la richesse ornithologique de Madagascar. En effet, sur le plan paléontologique, on a découvert le plus grand oiseau du monde à Madagascar, dont la taille dépasse de cinq cent kilos. D’ailleurs, c’est a Madagascar qu’on trouve le plus petit oiseau de deux gramme ! Chez les pays avances, les oiseaux sont servi d’indicateurs de la qualité de l’environnement ainsi que d’agents anti ravage. Les aigles sont entraines pour faire fuir les moineaux qui détruisent certaines plantations. Beaucoup d’études sont toujours a creuser dans ce domaine. Mais les domaines dans lesquelles Madagascar peut coopérer avec le Japon sont encore innombrables.