Le président de l’Université Panja RAMANOELINA...

Le président de l’Université Panja RAMANOELINA a conduit, à Bruxelles, du 23 au 27 novembre 2016, une délégation composée de l’équipe de coordination du programme d’appui institutionnel mis en oeuvre en partenariat avec l’Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur de Belgique francophone (ARES). Il s’agit du Vice-président Roger RANDRIANJA, chargé des Ressources et du Patrimoine, coordonnateur de l’appui institutionnel, et la coordinatrice générale Agnès RAVALISOA, en charge du Contrôle et Suivi des ressources et de la vie universitaire, gestionnaire de l’Appui Institutionnel, dans le cadre d’une mission de consultation et de validation.

L’équipe de coordination a eu plusieurs réunions de travail avec les membres de son homologue de Belgique pour discuter des améliorations à apporter et voir les possibilités de réorientation des activités à l’issue de la première étape de l’exécution du programme (2014- 2016). Les deux parties ont préparé, par la même occasion, les grandes lignes de la convention 2017- 2020 qui sera signée après une période transitoire qui ne devrait pas excéder 3 mois. Cette transition sera notamment mise à profit pour formuler les prévisions et recadrer, le cas échéant, les activités dans l’ensemble des 6 Résultats attendus du programme, qui sont les déclinaisons respectives de l’objectif global : « Les diplômés de l’UA contribuent davantage au développement du pays ».

Ce séjour en Belgique aura également permis à la délégation de voir de près les possibilités de partenariat avec les deux Universités de Saint-Louis et de Namur, sans oublier les consultations relatives au projet de création d’une ONG d’Université à Antananarivo. Une mission de suivi Nord-Sud a pris le relais avec la venue, à Antananarivo, du 17 au 19 novembre 2016, d’une délégation ARES composée du coordonnateur AI, Mondher El Jaziri, de la gestionnaire AI, Lucie Pétillon, et du responsable de programme à la Coopération au développement, Tanguy Goethals. Les réu- nions de travail avec chacun des 6 pilotes d’atteinte de résultat (PAR), puis avec l’ensemble des PAR dans le cadre du groupe de pilo- tage, auront permis de dresser un tableau des résultats intermédiaires pour les activités respectives et de redéfinir ensemble les nouvelles orientations à envisager, ou de reformuler les activités le cas échéant.

Il a été question notamment de la nécessité d’une certaine flexibilité par rapport au cadre logique, de s’assigner des objectifs plus réalistes, de bien choisir les indicateurs objectivement vérifiables (IOV) pour apprécier l’impact de chaque activité, et de réfléchir sur l’appropriation des résultats.