Les maths au quotidien

Assemblages sans collage et solides, objets décoratifs, ponts et architectures, tels sont quelques contributions de l’application des mathématiques dans l’art de décoration et l’ingénierie. C’est ce qu’a expliqué le Docteur Fanja Rakotondrajao, Maitre de conférences et président de la Société Matematika Malagasy durant l’événement Tampaha qui s’est déroulé du 07 au 10 mai 2014 au Ivontoeran’ny Kolontsaina Malagasy (IKM), Tour Sahavola Antsahavola. Organisé par l’Association des Etudiants en Mathématiques et Informatique (AEMIA) de la Faculté des Sciences de l’Université d’Antananarivo, l’exposition Tampaha voulant dire fractale est une grande occasion de valoriser les mathématiques à travers des objets fractionnaires tangibles comme l’étoile de neige de Mosely et l’éponge de Menger. Certaines organes vitales sont formées de fractales à savoir le cerveau humain, les étoiles de neige, les cellules, les arbres, les algues, comme l’a affirmé Andrianarimanana Hery Fifaliana, encadreur pédagogique et étudiant en 3eme année de la mention Mathématiques et Informatique. L’usage des outils mathématiques ont été mis en évidence comme le théorème de Pythagore, le tangramme, les oeufs magiques et coeurs magiques. Pour la première fois en Afrique, les étudiants malgaches en mathématiques ont relevé le défi de construire une grande fractale de 3m3 en papier en 20 jours alors que d’autres pays l’ont réalisée en 2 mois. Des jeux et des casses têtes ont eu lieu pour servir de divertissement.

Pendant les quatres jours, la salle d’exposition était toujours remplie par des étudiants du primaire, du collège et du lycée ainsi que d’universitaires et de professionnels en raison de 5000 visites par jour. Cet événement est le fruit d’un partenariat avec l’IKM qui a fournit le local, et une société d’impression qui a fourni les papiers pour créer les fractales et pour les origamis. Cet événement est plus qu’une simple exposition car il met en valeur l’usage des mathématiques dans la vie quotidienne et surtout dans monde professionnel. Comme l’a mentionne Philippe Gatien Rodriguez, doctorant en Mathématiques, et président de l’AEMIA, c’est une occasion aussi de reprendre les pédales pour mieux orienter les étudiants du lycée vers des études scientifiques comme les maths, vue que c’est une filière prometteuse pour l’avenir.