Marché de l ‘emploi : les tendances selon Tsiry Rasamiarivony


L’emploi assure le revenu et constitue un important facteur de développement. A Madagascar, le taux de chômage de 2,7% et le taux d’emploi informel de 73%, montre un déséquilibre sur le marché de travail. L’analyse des tendances des offres d’emploi dans les journaux Express Madagascar et Midi Madagascar a permis à l’economiste Tsiry Rasamiarivony d’identifier que l’administration, l’informatique et le commerce constituent les branches d’activités les plus cités. Ainsi, il ressort de cette étude que les branches d’activités priorisées occupent une place prépondérante et évoluent avec une tendance progressive à couvrir le milieu rural et le milieu urbain. Par ailleurs, la faible disponibilité des postes en matière de santé, industrie, mine et énergie, de 1 à 3% des postes offerts, freine dans une certaine mesure cet élan vers le développement. En outre, l’adoption de l’anglais comme troisième langue officielle favorise considérablement le critère de sélection des employés dans les diverses entreprises, aussi bien publiques que privées.


La situation générale de l’emploi de nos jours, les indicateurs clés du marché du travail ainsi que la structure de l’emploi à Madagascar, exigent que des efforts considérables doivent encore être entrepris pour satisfaire les besoins concernant les matériels d’apprentissages au niveau de plusieurs régions. Le problème majeur consiste à la réorientation effective des formations universitaires et techniques en vue de répondre aux compétences demandées par l’emploi. Dans la mesure où l’objectif visé est la réduction de la pauvreté et le développement humain, ces actions doivent aller de pair avec une prise en compte effective de l’approche genre, étant donné que les postes sont souvent limités pour les candidats féminins et que la mixité des hommes et des femmes est un bon signe pour la vie de l’entreprise. L’application de l’approche genre est un moyen de sortir la communauté, notamment rurale, de la pauvreté, et pour assurer un développement durable.


L’analyse du marché du travail à Madagascar a montré également que les médias peuvent contribuer dans une large mesure au développement local par l’intermédiaire des petites annonces provenant des entreprises et parvenant plus ou moins directement à la population cible grâce aux journaux, aux émissions radiophonique ou télévision.


En outre, pour améliorer le marché du travail à Madagascar, nous proposons une collaboration entre les employeurs et les étudiants pour des projets de tutorat. En conclusion, nous pouvons constater l’importance que joue le marché du travail sur la lutte contre la pauvreté et le développement.


Faly Rakotoarivony