Partenariat avec l’Ambassade de Chine : Rénovation de la piscine universitaire

La piscine réhabilitée de l’Université d’Antananarivo a été inaugurée officiellement le 24 septembre dernier en
présence du secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Christian Ralijaona, représentant la ministre Marie Monique Rasoazananera, du ministre de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Horace Gatien et de l’ambassadeur de la République populaire de Chine, SEM Yang Min. « Comme il s’agissait d’une inauguration, d’un baptême pour la piscine universitaire, il fallait la présence de nageurs de haut niveau. Aussi avons-nous convié la championne Bako Ratsifandrihamanana parmi les seniors de l’Association Sportive et Universitaire de Madagascar (ASUM), ainsi que certains nageurs juniors et des étudiants », a expliqué Henri Paul Rakotozafy, directeur de l’Office du Sport et de la Culture (DOSC) au sein de l’Université d’Antananarivo. L’amélioration de cette infrastructure sportive s’inscrit dans le cadre de la coopération entre la Chine et les différents établissements de l’Université d’Antananarivo.

Vers la normalisation. Les améliorations ont surtout porté sur les aspects techniques et esthétiques de la piscine. Entre autres, la mise en place de deux nouveaux moteurs d’un convertisseur, la rénovation d’une partie du carrelage, l’embellissement du jardin et le renforcement de l’enclos. « Comme les normes internationales
évoluent, il nous est difficile de dire que la piscine universitaire obéit point par point aux références dans ce domaine, mais nous pouvons très bien accueillir de grandes compétitions », a souligné le DOSC. En effet, si la norme veut que la longueur d’une piscine soit de 50 mètres, celle de l’Université d’Antananarivo n’est que de 25 mètres avec 3,80 mètres de profondeur pour le grand bain et 1,80 mètre pour le petit bain.

Ceci représente toutefois un pas important dans le développement du sport non seulement au niveau universitaire mais pour tout le pays, le manque d’infrastructures appropriées figurant encore parmi les entraves à l’accès des sportifs malgaches à la scène internationale.