Plantes tinctoriales : comment obtient-on les colorants industriels par procédé chimique ?


Mahery Andriamanantena est devenu le lauréat du concours national « Ma thèse en 180s » en mars 2018. Il a aussi remporté le 4ème prix du concours régional d’Antananarivo. Il effectue sa thèse de doctorat en Agrochimie de l’Ecole Supérieur des Sciences Agronomiques, venant de l’Ecole Doctorale Génie des Procédés des Systèmes Industrielles Agricoles et Alimentaires. Cette Ecole Doctorale est une collaboration avec l’Ecole Supérieur Polytechnique d’Antananarivo et l’ Ecole Supérieur des Sciences Agronomiques.


Il a comme thème « Valorisation de la chimio-diversités des plantes tinctoriales de Madagascar et de la Réunion pour l’application dans les industries agro-alimentaires, cosmétiques, pharmacologies et autres ». A travers sa thèse, il avance et explique l’importance des couleurs dans l’environnement que nous vivons, dans notre vie quotidienne qui nous attire à travers divers produits comme les vêtements, les nourritures. C’est à ce point que le jeune Mahery insiste sur les grandes valeurs qu’apportent son étude et son analyse sur les plantes tinctoriales.


Selon lui, ces plantes tinctoriales nous fait produire des colorants naturels et qu’après des années d’étude et de recherche, plus de 237 espèces de ces plantes se trouve à Madagascar. Suite à la discussion avec les artisans et des agriculteurs, des nouvelles plantes sont découvertes. Sa recherche se fait de manière nationale, régionale (dans la région Boeny) et à l’Université de la Réunion.