Revenus de l’agriculture : Difficile autosuffisance alimentaire

Un malgache, par sa culture, mange du riz 3 fois par jour, tout au long de l’année, mais c’est loin d’être le cas pour un ménage de la Commune rurale de Tritriva (Antsirabe), qui ne produit que 6 mois de ses besoins de consommation annuelle, ce qui l’oblige à alterner avec du maïs, de la pomme de terre ou du haricot. Les cultivateurs n’arrivent pas à assurer leurs besoins de consommation alors qu’ils ont l’agriculture comme activité principale. Au vu des acquis, et compte tenu des contraintes et des défis auxquels ces paysans doivent faire face, les études de Manitrarivelo Ralamboharison, ingénieur agronome, souhaitent répondre aux objectifs majeurs fixés dans le cadre des orientations de développement agricole et rural :contribuer à assurer l’autosuffisance alimentaire et l’amélioration du revenu des agriculteurs. Pour un développement plus global, il faut tenir compte des améliorations comme la rénovation des infrastructures routières, dans le but d’assurer la circulation des produits agricoles et de pouvoir contrôler le prix de vente ; le développement des surfaces cultivables ; la création de barrages d’irrigation, ou encore, l’amélioration du système d’éducation des paysans pour qu’ils puissent bien gérer leur exploitation. Ceci appelle aussi une formation et un meilleur encadrement des paysans, si possible par des techniciens avec la création de centres de vente de produits phytosanitaires et de matériels de production.
Sans oublier la promotion des crédits agricoles.