Rocquie Evelyne Rabemanantsoa, première femme Présidente du Conseil d’Administration de l’Université d’Antananarivo




Ferme, stricte mais avec un sens du relationnel et de la responsabilité comme peu de gens en ont, Rocquie Evelyne Rabemanantsoa assure sa présidence d’une main de maître depuis 2010. Elle est en fait à la tête d’un conseil d’administration composé à 60% de personnel enseignant, à raison d’au moins un enseignant par établissement, de 10% de représentants du Personnel administratif et technique et de 30% de personnalités extérieures, désignées par leurs organes d’appartenance respectifs.


Le Conseil d’administration est régi, entre autres textes, par le décret n°2002-565 du 4 juillet 2002, qui fixe l’organisation et le fonctionnement des Universités et des Etablissements d’Enseignement Supérieur. Convaincue de la nécessité d’une plus franche et fructueuse collaboration avec la Présidence de l’Université et son staff, mais aussi avec les chefs d’établissement (doyens de Faculté et directeurs d’Ecole supérieure), elle a impulsé l’assainissement de la gestion des finances de l’UA, notamment au niveau de la comptabilité.


Rocquie Evelyne Rabemanantsoa est persuadée que l’Université d’Antananarivo est en bonne voie de gagner son pari de la réussite, compte tenu des différents accords de partenariat conclus, au niveau international, par la Présidence de l’UA. Il en est ainsi du projet PAFROID ou « Partenariat inter-universitaire entre l’Afrique et l’Océan-Indien pour le Développement », dont l’UA est l’établissement coordonnateur. Ce projet vise à développer le partenariat en matière de formation et de recherche entre les établissements d’enseignement supérieur (EES) de la Région océan Indien et leurs homologues des pays d’Afrique continentale.


Actuellement, 11 universités africaines partenaires, issues de 9 pays différents, sont impliquées dans le projet. Le programme d’appui institutionnel 2013-2019 avec l’Académie de Recherche et d’Enseignement supérieur (ARES) de Belgique, à travers la Commission de la Coopération au Développement (CCD) est en bonne voie. De même, l’Université d’Antananarivo a des relations de partenariat avec une soixantaine d’universités étrangères, sur tous les continents (avec une nette majorité, néanmoins, pour l’Europe et la France), les derniers accords en date ont été conclus avec des universités sud-coréennes.

Le succès du Salon de l’Etudiant 2014 a été un catalyseur pour mieux adapter les offres de formation aux besoins des entreprises, mais aussi, aider les chercheurs à finaliser leurs travaux, en prenant soin de s’assurer des leurs intérêts.


Rocquie Evelyne Rabemanantsoa fait partie de plusieurs associations telles Entreprendre au féminin de l’Océan indien, le Conseil National des Femmes de Madagascar (CNFA) qui accompagne les femmes entrepreneurs du pays. Issue du groupement professionnel FIVMPAMA (Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy), dont elle est la vice-présidente, elle se déclare tout acquise à la nécessité de développer le partenariat national pour mieux adapter les offres de formation aux besoins des entreprises. Membre de la Chambre de commerce, assesseur près le Tribunal du travail, membre du bureau permanent du Conseil National du Travail, la Présidente du Conseil d’Administration de l’Université d’Antananarivo véhicule en permanence l’idée d’assainissement financier et l’adéquation formation emploi. Être PCA n’est pas une nouvelle responsabilité nouvelle en ce qui la concerne, étant donné qu’elle a déjà été PCA de l’ Observatoire Malgache de l’Emploi et de la Formation Professionnelle (OMEF)et de l’Organisation Sanitaire Inter Entreprises (OSTIE). En ce lendemain de la journée de la Femme, Rocquie Evelyne Rabemanantsoa est,plus que jamais, convaincue du rôle prépondérant de la femme dans le développement.