Services publics et éducation : éviter le burn-out selon Marie-Jo Focard


Employés sous stress, burn out, tension entre collègues et mauvaise gestion des relations client, tels sont entre autres les problèmes traités par la psychologie du travail. La RUA 107 FM a eu récemment une invitée surprise, Marie Jo Focard, ressortissante malgache vivant à Toulouse, en France. Elle œuvre dans l’expertise de la psychologie et du coaching orientée vers l’organisation au travail en vue du bien-être de chaque employé. Certes, cette discipline est très sollicitée en Europe à cause du rythme et de l’environnement de travail très soutenu. Les décideurs d’entreprise demandent des conseils auprès d’elle en vue de disposer d’une meilleure performance de l’équipe. Quant au coaching, terme issu du monde sportif, les coaches ont le devoir de pousser la potentialité intellectuelle et sportive de l’équipe afin d’atteindre certains objectifs fixés au préalable. De la même manière, un coach en matière de développement personnel encadre ses disciples pour que les activités menées soient bénéfiques.


Que pouvons-nous en tirer ? Il n’est pas évident d’appliquer des concepts certes, adaptés en Europe, mais pas forcément à Madagascar. Les cultures sont différentes, mais il y a des res- semblances. Avant les examens, la tendance à réagir à la dernière minute, des nuits blanches passées à réviser et des cahiers au bout du nez restent encore une pratique qui semble anodine. Pourtant, suite à une activité trop accentuée, le corps n’arrive plus à assimiler. Les psychologues affirment qu’au-delà de dix minutes de concentration, il est nécessaire de se distraire pour mieux se ressaisir par la suite. Alors, pour étudier un ouvrage de 400 pages, le principe est de planifier la lecture en fonction du deadline pour pouvoir progresser.


Pour le personnel académique, administratif et technique, la communication au sein des différentes structures permet d’éviter les aprioris, de responsabiliser les employés et d’avoir une vision d’ensemble sur le long terme. Selon les constats de Marie Jo Focard, un employé qui ne sait pas pourquoi il travaille huit heures par jour, et ne comprend pas l’impact de sa contribution sur le service public se sentira mal à l’aise, au point de partir en arrêt maladie. Le partage et les réunions organisées au bon moment favorisent la paix sociale au sein d’une organisation, en tenant compte du facteur humain.
 


Faly Rakotoarivony