Vie d’etudiantes : elles sont chimistes et elles sont doctorantes, Patty et Nanouh nous partagent leur parcours


C’était depuis leur plus jeune âge qu’elles ont découvert ce qu’elles voulaient faire de leur vie. Elles n’ont jamais dérogé à leur conviction d’être une femme scientifique. Elles, ce sont Ramanantsoa Nambinina Patricia (Patty) et Raharisoa Marie-Claire (Nanouh), deux étudiantes du Département de chimie organique à la Faculté des sciences de l’Université d’Antananarivo. « Nous étions 400 environ au début, en première année. Bien sur, la tâche a été compliquée puisqu’il fallait arriver avant l’heure pour avoir la bonne place en salle, au risque de ne pouvoir rien apercevoir en cours », expliquent-elles.


Pour Patty, la plupart du temps, dès qu’un détail l’échappait, la solution était de demander aux amis qui appartenaient à la promotion précédente. Après le tronc commun en première année, les deux étudiantes ont suivi chacune une option différente. Nanou a opté pour le Laboratoire de Chimie et de Valorisation de Produits Naturels (LCVPN), tandis que Patty, a poursuivi ses études au Laboratoire de Chimie Organique Spectrométrie de Masse (LCOSM) Recherches. Cela fait plus d’un an qu’elles travaillent sur des projets pour l’obtention de leur diplôme de Doctorat. A ce titre, même si les options sont différentes, Nanou et Patty avec leurs collègues de l’université effectuent des manipulations chimiques sur des produits naturels végétaux. L’ascension vers une carrière dans ce domaine n’est pas de tout repos pour les deux jeunes chimistes.


En effet, en plus des études végétales, elles ont chacune leur propre projet de thèse, et avec la même dynamique, entreprennent une synthèse bibliographique. « Quelquefois, les équipements du laboratoire ne suffisent pas pour faire évoluer une analyse. La collaboration avec les institutions à l’étranger s’impose », avancent-elles. Le laboratoire de LCVPN travaille en collaboration avec le ministère de l’Agriculture, l’IMRA et le CNRE tandis que le laboratoire de LCOSM a signé une convention avec plusieurs partenaires étrangers comme le CNARP et le CNRE.


Ornella Andriamampianina