Ampitifirana Ankatso, les officiers fusillés pendant la colonialisation méritent une commération officielle


Ils étaient quatre membres de l’Armée Malagasy, fusillés par les colons le 19 juillet 1948, pour avoir revendiqué l’indépendance de Madagascar contre la colonisation de la France. Celà fait déjà 71 années que ces braves ont fait preuve de courage. Ce n’est que 12 années en arrière, en 1960 que leurs efforts ont porté fruits. Il s’agit de Samuel Rakotondrabe, Samuel Ratsizafy, Bekamisy et Lezoma.


Le territoire d’Ankatso appartenait à l’époque aux colons. C’était un endroit très calme et couvert de végétation. Les colons ont trouvé l’endroit comme idéal pour la fusillade des rebelles. Lors de certaines constructions récentes comme à l’espace couvrant la Direction des Examens Nationaux, on a trouvé des dépouilles, fasant preuve d’enterrement de martyrs pendant la période coloniale.


Afin de rendre hommage aux braves, le Gouvernement Malagasy, dirigé par le Premier Ministre, Christian Ntsay, et en présence du Président de l’Université d’Antananarivo, Professeur Mamy Ravelomanana, et du Président de la Haute Cour Constitutionnelle, Professeur Jean Eric Rakotoarisoa, et des représentants du Corps de l’Armée Malagasy, ont apporté des couronnes florales pour marquer les 71 années de leur fusillade.



C’est vers l’indépendance que les français ont cédé le domaine d’Ankatso pour servir de Campus Universitaire, une des plus grands universités en Afrique.